© 2018, by Ombeline de Warren. Proudly created by Wix.com

  • Black Twitter Icon
  • Black Facebook Icon
  • Black Google+ Icon

Ma pratique

De nombreuses raisons peuvent nous amener à consulter un jour.

Le deuil, la maladie, une difficulté chez un enfant ou un adolescent, une mauvaise estime de soi, des angoisses... aucune n'est négligeable, chacune a une issue.

Par la parole, la confiance, mais aussi parfois certains outils qui aident à dire autrement, on avance vers le mieux être. Ce peut être des photolangages, des dessins, des tests psychologiques, des exercices entre les séances, et bien d'autres moyens simples à découvrir ensemble.

Pourquoi consulter ?

Pour un enfant : cauchemars, insomnies, pleurs inexpliqués, colères, isolement, mauvaise estime de soi, chute incompréhensible des résultats scolaires, jalousies... 

Pour un adolescent : mal dans sa peau, régression au niveau scolaire, troubles alimentaires, isolement social, mauvaise estime de soi, disputes avec les parents ou les frères et sœurs, gestion du stress, du deuil, du changement...

Pour un adulte : insomnies, stress, difficultés dans le couple ou dans la famille, addictions, accompagnement du deuil, accidents de la vie, chômage, burn-out, épisode dépressif, traumatisme, maladie, infertilité ou désir d'enfant, grossesse ou naissance difficile, difficultés avec un enfant...

02.

La vie de famille n'est pas toujours un long fleuve tranquille, elle demande parfois de faire une pause pour comprendre les nœuds, les cercles vicieux, les non-dits. Faire appel à un tiers compétent permet de mettre des mots dans un contexte sécurisant et bienveillant pour chacun.

La thérapie familiale offre aux familles et aux couples de se retrouver dans un lieu neutre, en présence d'un thérapeute pour prendre du recul, s'écouter, se parler plus sereinement, pour ainsi mieux se comprendre et percer les mécanismes de mauvaise communication qui polluent la vie quotidienne. Avec le thérapeute, c'est ce temps précieux de remise en liens qui peut s'effectuer avec l'aide de chaque membre de la famille présent. Selon chaque famille, on va explorer différents lieux de souffrance ou de difficultés, en passant d'une communication "faussée" à une communication ajustée, assainie. 

Le thérapeute va observer et mettre en évidence la structure de la famille, son organisation, son modèle, son histoire, parfois sur plusieurs générations. Il va également s’intéresser à son mode de communication, à ses non-dits, à sa vie de tous les jours comme à ses moments plus fugitifs.

La thérapie familiale considère la famille comme un système en soi, avec son mode de communication, ses fragilités, ses failles, mais aussi ses forces et ses valeurs. Son travail sera de mettre à jour le "mode d'emploi" de ce système pour comprendre ses dysfonctionnements et les "réparer" si nécessaire.

Pour la thérapie familiale je peux être amenée à travailler en co-thérapie, avec des confrères formés en systémie. Cela permet un regard croisé et une dynamique plus souple, surtout quand le groupe est un peu nombreux.

03.

Certains souvenirs traumatisants sont actifs dans notre quotidien : mauvaise estime de soi, rapports aux autres difficiles, phobies, angoisses... Avec l'EMDR*, on peut dépasser ces traumatismes conscients ou inconscients pour leur donner une juste place dans notre mémoire, et qu'ils n'aient plus d'action négative dans notre vie, aujourd'hui et demain.

* EMDR : Eye-Movement Desensitization and Reprocessing, ou Désensibilisation et Retraitement par les Mouvements Oculaires.